Blog easyannuaire.com
Economie et Finances

Le crédit à la consommation en 2019

Rate this post

 

Le troisième mardi de septembre est terminé. Le discours du Trône a été lu. Vous avez peut-être aussi entendu passer les crédits à la consommation et vous ne savez plus exactement ce que c’est. Il est temps de faire le point.

 

Organisation du télé-achat selon le code de conduite de la VFN

Les organisations de vente à distance (telles que Wehkamp) doivent adhérer au code de conduite de l’Association of Finance Companies (VFN). Cela signifie que les clients qui n’ont pas le droit de contracter un prêt de manière responsable (selon les normes du Nibud et de la VFN) ne peuvent plus désormais contracter une carte de crédit, une carte de crédit pour la vente par correspondance ou une carte shopping. Auparavant, cela était souvent encore possible, car ces organisations avaient une politique d’acceptation beaucoup plus souple. Par conséquent, à l’avenir, vous ne pourrez plus contracter que des prêts/emprunts responsables.

Renforcement du code de conduite

L’initiative est prise pour renforcer encore les codes de conduite de la VFN et de l’Association bancaire néerlandaise (NVB). Vraisemblablement, les rouges sont maintenant également à l’étude, car le red-standing est aussi une forme de prêt. Dans ce cas également, il serait logique que seuls les consommateurs qui satisfont aux normes du Nibud/VFN soient éligibles pour être dans le rouge. La NVB n’applique pas actuellement ces normes.

D’un point de vue politique, il s’agit d’un point de vue sensible, car le rouge est une source importante de revenus pour les banques.

 

Clients en retard de paiement

Une gestion plus prudente des prêteurs ayant des clients en retard de paiement deviendra un fer de lance important en 2019. Les défaillances ne devraient pas être immédiatement réduites, mais les banques sont censées agir de concert. Quelle est la raison pour laquelle le client ne paie pas ? Qu’en est-il des revenus et des coûts fixes du client ? Bref, les banques doivent respecter leur devoir de diligence, réfléchir avec elles à une solution et proposer au consommateur des solutions sur mesure.

 

Indemnité de crédit maximale prévue par la loi

A partir de l’année prochaine, les prêteurs devront se conformer à la compensation maximale légale de 14% par an. Cela signifie que les fournisseurs de crédit ne peuvent pas facturer de frais supplémentaires supérieurs à ces 14 %, même en cas d’arriérés.

Offrir un environnement de choix

Les fournisseurs de crédit et les intermédiaires du crédit à la consommation sont tenus d’offrir à leurs clients un bon environnement de choix. Cela signifie qu’aucune manipulation n’est autorisée lors de la fourniture d’informations. Selon le ministère, les fournisseurs de crédit ont pris des mesures pour être davantage axés sur la clientèle et moins sur les prêts élevés et à long terme. Le ministre s’attend à des rajustements supplémentaires de la part des fournisseurs de prêts aux maisons d’expédition afin de réduire le pourcentage des arriérés de paiement. En outre, il appelle l’ensemble de l’industrie à placer le client au centre des codes de conduite.

 

Recherche d’une alternative à l’avertissement de crédit

Le slogan « emprunter de l’argent coûte de l’argent » ne semble pas avoir d’effet sur le comportement et l’attitude du consommateur lorsqu’il contracte un prêt, comme prévu. C’est pourquoi la ministre Hoekstra veut se débarrasser de ce slogan et, au lieu de cela, il doit y avoir un avertissement de crédit plus efficace. Il s’agit de protéger les personnes vulnérables contre des dettes très élevées.

 

Meilleure protection des consommateurs

Le consommateur doit être mieux protégé par le projet de loi  » portant révision de la loi sur la saisie et l’exécution « . Il est probable que les clients qui, en raison de circonstances de la vie telles que le divorce, l’incapacité de travail, le décès ou la perte de leur emploi, se retrouvent dans une situation d’endettement problématique, seront mieux protégés. S’il y a peu ou pas de perspectives de recouvrement, le droit de saisie et d’exécution ne pourra plus être appliqué d’un seul coup. Dans ce cas également, l’obligation de diligence du prêteur est invoquée.

Le ministre a annoncé trois objectifs stratégiques visant à mieux protéger les consommateurs dans le processus de prêt, à savoir

 

  • L’environnement de prêt ne s’oriente pas vers un montant de prêt plus élevé ou une durée plus longue.
  • On ne s’attend pas à ce que les fournisseurs présentent l’image de l’emprunt comme étant  » normale « .
  • L’environnement de crédit devrait être conçu de manière à ce que les consommateurs sachent qu’ils contractent un prêt et qu’ils sont tenus de rembourser le prêt, y compris les intérêts.

Faites vos comparaisons de prêt personnel sur www.bankorama.lu. C’est un comportement rationnel qu’il faut adopter pour éviter d’être trop endetté.